NOUVEAU ! Livraison à domicile sur Paris 

Journal

Tout savoir sur l'actualité de PAUL

PAUL met Carambar dans ses madeleines. Et ce n’est pas une blague !

19 Septembre 2022
PAUL met Carambar dans ses madeleines. Et ce n’est pas une blague !

Une telle rencontre semble aller de soi… et portant il aura fallu du temps pour que ces deux symboles de gourmandise se rencontrent enfin. On vous dit tout sur le duo gourmand de la rentrée.

Même pour les petits plaisirs sucrés, la patience a du bon
Pour les équipes de PAUL, l’idée d’une recette au Carambar faisait son chemin depuis bien longtemps tant la saveur caramel et chocolat de notre enfance est irrésistible ! Mais comment ? L’idée de nos pâtissiers maison a toujours été de l’associer à un autre produit traditionnel chouchou des enfants (et de leurs parents) : la madeleine. Mais… Le bonbon dans sa forme initiale de fondant pas idéalement au cœur de la madeleine, l’idée était restée en suspens. Et puis notre (im)patience gourmande a été enfin récompensée ! Quand Carambar a eu la bonne idée de décliner sa confiserie en pâte à tartiner au cacao au bon goût de caramel, nous n’avons pas hésité : notre madeleine-Carambar au doux parfum d’enfance allait enfin voir le jour ! Une création partagée pour cette rentrée des classes 2022 non sans avoir été goûtée et approuvée en avant-première lors de la récente Braderie de Lille, origines nordistes obligent ! Comble du raffinement, les blagueurs officiels de Carambar nous ont même concocté quelques devinettes pâtissières de leur cru pour l’occasion… Par exemple ? Comment le boulanger range-t-il les viennoiseries dans sa vitrine ? Vous donnez votre langue au chat ? Par ordre croissant, bien sûr ! Mais encore ? Qu’est-ce qu’une baguette qui ne trouve pas son chemin ? Là, on vous laisse vous creuser la tête un peu car notre petit doigt nous dit qu’un sympathique concours ne devrait pas tarder, avec de nombreux lots à la clef !

Carambar, la petite histoire d’une marque culte
Sa papillote jaune réhaussée de rouge, ses rayures roses flashy sont connus de tous. Tout le monde a déjà dégusté cette petite barre sucrée, probablement avec son petit rituel personnel… La tordre peut-être ? La faire ramollir au creux de ses paumes ou du coude ? L’arborer façon protège-dents de boxeur ? La laisser fondre en la coinçant contre le palais ? ou sous la langue ? A chacun sa méthode… Mais connaissez-vous l’origine de cette passion bien française ?
Il était une fois… une chocolaterie lilloise créée en 1848 par les époux Delespaul et Havez… la fameuse chocolaterie « Delespaul-Havez » dont les collectionneurs connaissent bien les plaques émaillées jaunes avec sa tablée de bambins buvant du chocolat ! A la fin du siècle, ils cèdent leur entreprise à Messieurs Franchomme et Fauchille dont le petit-neveu sera à l’origine du Caram’bar près de 50 ans plus tard ! Car contrairement à la (belle) légende, ce bonbon n’est pas né du dérèglement d’une machine soudainement incontrôlable. Ni même du mélange accidentel de chocolat avec du caramel… mais des suggestions de quelques enfants auxquels Georges Fauchille demanda tout simplement de décrire le bonbon de leur rêve ! Un bonbon à mâcher répondirent-ils, pour changer des sucettes et roudoudous en vogue à l’époque ! C’est en les écoutant que Georges Fauchille a eu l’idée d’une barre de caramel aromatisée au chocolat que l’on pouvait indifféremment croquer ou laisser fondre lentement. Bien joué les enfants ! La première barre de caramel sort ainsi en 1954, avec un nom d’une ingénieuse simplicité… barre de caramel… Caram’bar ! Avec une apostrophe qui perdurera jusqu’en 1977. Entretemps, Caram’bar aura une autre idée de génie. Pour se démarquer des points à collectionner que toutes les marques de l’époque propose, la société Delespaul décide de les remplacer par les fameuses blagues à l’humour bon enfant. Un succès immédiat ! Des « Monsieur et Madame ont un fils » aux Tchô Blagues de Titeuf en passant par les créations d’Elie Semoun et les concours ce sont plus de 5000 blagues qui verront le jour. Une véritable encyclopédie indissociable du bonbon et totalement irremplaçable. La preuve ? Lorsqu’en 2013 Carambar annonce, en guise de poisson d’Avril, remplacer ses blagues par des messages éducatifs puisés dans les manuels scolaires, c’est le tollé ! Cette « énorme blague » fait la une des journaux télévisés, donnent lieu à des pétitions et plus de 150 articles ! Autant de messages qui demandent le retour à la tradition ! C’est aussi à cela que l’on reconnait une marque… indémodable !